24 sept. 2017 : 17h54
594 communes dans le Doubs, une petite dizaine de bénévoles travaillent pour vous, soyez patients ou mieux proposez nous vos services !!!

HISTOIRE > Un village disparu
          
page suivante »           
Connaissez-vous le village de La Villedieu ?
La Villedieu, c’était un village comme les autres sur le plateau de Vercel dans le Doubs : des maisons espacées avec des levées de grange, des murettes faites de pierres ramassées et servant de clôture, une maison d’école, carrée et solidement construite, des lavoirs et abreuvoirs et puis une église dédiée en 1850 à saint Jean Baptiste avec un clocher comtois.

L’abbé Jean Garneret, l’écrivait : La Villedieu était loin d’être un village quelconque. Ce sont les chevaliers de l’hôpital Saint Jean de Jérusalem qui, en s’installant en 1180 dans ce village, lui ont donné le nom de « Villa Dei », ce qui veut dire domaine de Dieu. Ces chevaliers créent un hôpital et une commanderie et accueillent les malades, nourrissent les pauvres.

La commune de La Villedieu a été rayée de la carte de France à la suite d’un jugement d’expropriation en 1914, pour agrandir le camp militaire du Valdahon. Dès 1907, plusieurs fermes disparaissent acquises pour l’extension du camp : l’exode commence. Lors de la dernière réunion du conseil municipal, cette petite phrase a été écrite : « Notre patrimoine et notre civisme nous imposent de délaisser nos biens. ».
Depuis 1907 jusqu’au 1er juin 1926, date de la prise de possession de l’armée, les habitants ne se sont pas révoltés et par patriotisme, ont quitté leur village, leurs maisons, leurs terres, et même leurs morts pour aller vivre ailleurs, là où ils avaient pu trouver une maison, une ferme.

Le lendemain du départ, le village vidé de ses habitants est pratiquement intact : l’église est en ordre, l’école aussi, les deux fontaines donnent leur eau. Seuls ont disparu bêtes et gens.

A la disparition du village en 1926, l’église fut abandonnée et ses biens dispersés : les trois autels en marbre furent déposés dans l’église de Fontaine les Clerval, les vitraux, tables de communion, bancs et chaires et le chemin de croix dans la chapelle de Laissey, les cloches à Valdahon et Vercel, l’horloge à Rang et les dalles à l’église d’Epenoy.

L’église servit même de grange pour le fourrage pendant la guerre de 39-40. Personne n’a osé détruire l’église et la croix veille toujours sur les morts enterrés à ses pieds. Actuellement, il ne reste que l’emplacement des murs et le clocher dont le dôme a été remonté en 1979.

Le 13 août 1962, le conseil d’état supprime la commune de La Villedieu et rattache son territoire à Vercel qui s’appelle aujourd’hui Vercel Villedieu le camp, ce fut la première commune de France à être totalement supprimée.
photo
Le clocher se dresse encore fièrement vers le ciel, et c’est au pied de ce clocher que les anciens et maintenant surtout leurs descendants viennent chaque année se recueillir dans ce qui fut leur village de La Villedieu pour prier et rendre hommage à tous leurs parents qui ont vécu et reposent encore autour de ce qui reste de l’église.
Une association « Les amis de La Villedieu » a été créée pour perpétuer le souvenir du village disparu et veiller à l’entretien et la sauvegarde de ce qui reste du village : son église et ses fontaines.

L’emplacement du cimetière, la fontaine, l’abreuvoir et la source voûtée datant de 1637 , le clocher restauré en 1979 au bout d’une église dont il ne reste que les murs, voilà aujourd’hui ce qui reste du village d’hier.

Le cas de cette commune est unique en France, même exceptionnel. L’état, à l’époque, n’a pas voulu reconnaître le principe du droit de propriété des habitants sur certains biens communaux, comme la forêt du Chanois, 207 hectares, acheté en 1907 par la commune à l’aide de fonds provenant d’une première expropriation. Les habitants se sont battus en s’appuyant sur une ordonnance du roi Henri IV faisant défense à quiconque de s’attribuer les communaux de leurs sujets. Plus tard, la législation révolutionnaire avait formellement posé ce principe. Mais l’état n’en a pas tenu compte.
photo
Familles existant au XVIIIème siècle (1750)
Belamy, Belin, Blanchard, Blondeau, Bouchard, Dodane, Donge, Dutoit, Fayon, Frioux, Garrignot, Morel, Piton, Poulet, Redoutey, Rodot, Vouillot.

  Démographie historique :
1593 : 21 feux 122 habitants
1614 : 22 feux
1657 : 45 habitants
1688 : 107 habitants
1735 : 22 feux
1790 : 233 habitants
1826 : 187 habitants
1851 : 233 habitants
1876 : 239 habitants
1901 : 182 habitants
1925 : 133 habitants
Avant l’exode de 1926 s’ajoutaient les noms de :
Barbier, Bourquin, Colin, Cuenot, Dodane, Frachebois, Grandjean, Guillemin, Lima.

Une plaque fixée sous le clocher rappelle les noms des familles qui ont vécu dans ce village : les Barbier, Blanchard, Blondeau, Bourquin, Colin, Cuenot, Demontrond, Dodane, Frachebois, Frion, Garrignot, Girardet, Grosjean, Guillemin, Morel, Piton, Rodoz, Viennet.

Quelques photos du rassemblement des amis de La Villedieu en 2006
photo photo photo
photo photo photo
photo photo Quel plaisir de faire revivre un peu le village
et de retrouver les jeux d’eau autour de la fontaine...
M.-T. R.
          
page suivante »           

Doubs Généalogie - 31 rue du Magny - 25250 L'Isle sur Le Doubs
Association de loi 1901, créée en août 2004 et déclarée sous le n°0252006263, déclarée à la CNIL sous le n°185 64 13 V0.

Hébergeur: INFOMANIAK NETWORK SA (www.infomaniak.fr), 26 avenue de la Praille, 1227 Carouge, Genève (SUISSE) - tél. +41 22 820 35 44

Pour consulter ce site, nous vous recommandons une résolution d'écran de 1024 X 768 pixels et l'usage d'Adobe Reader (gratuit) pour les documents PDF